Informations utiles pour déménager en Suisse

Informations utiles pour déménager en Suisse

Ce qu’il faut savoir sur l’installation en Suisse Article recommandé : Chaque année, de nombreux Allemands décident de quitter leur pays et d’émigrer en Suisse. Les raisons peuvent être différentes. Pour beaucoup, c’est principalement le potentiel de gain lucratif qui les a incités à le faire. D’autres peuvent simplement vouloir s’éloigner de l’Allemagne pendant un certain temps ou sont tombés amoureux d’un Suisse. Quelles que soient les raisons du déménagement, il y a quelques petites choses qu’il est bon de savoir.

Vivre en Suisse

Surtout dans les grandes villes de Suisse, trouver un appartement convenable peut être assez difficile. Dans tous les cas, il vaut la peine de jeter un coup d’œil régulier à notre offre immobilière suisse à l’avance. Quiconque a déjà un emploi en Suisse peut également se renseigner pour savoir si l’entreprise propose des appartements pour les employés ou si l’un des collègues sait si quelque chose pourrait devenir disponible dans un proche avenir. Même le déménagement à l’étranger est en soi une affaire de spécialistes. D’autant plus lorsque la destination est en dehors de l’Union européenne, comme dans ce cas. Parce que les affaires doivent aussi passer la douane. Une liste de tous les articles doit être présentée lors de l’importation. Si vous planifiez votre déménagement à Zurich, vous devez, par exemple, également vous occuper à l’avance des réglementations restrictives en matière de stationnement dans la ville afin de ne pas risquer des amendes inutiles. Une entreprise de déménagement compétente, qui propose également des déménagements internationaux, veille à ce que tout se passe bien à l’avance et évite les complications inutiles.

Permis de séjour et de travail

D’autres pays d’autres mœurs. Ce dicton bien connu s’applique également à la situation juridique en matière de permis de séjour et de travail en Suisse. Nos voisins distinguent quatre permis différents pour les citoyens de l’UE et de l’AELE : Permis de séjour (permis B) : Vous recevrez ce permis sur présentation d’un contrat de travail d’une durée d’au moins 12 mois. Il est initialement valable cinq ans Autorisation de séjour de courte durée (permis L) : il s’agit uniquement d’une autorisation de séjour temporaire en Suisse, généralement délivrée pour une durée inférieure à un an Autorisation d’établissement (permis C) : toute personne Si vous séjournez en Suisse de manière régulière et continue depuis plus de cinq ans (les courts séjours sont autorisés), vous recevrez cette autorisation illimitée de l’autre côté de la frontière. Avec ce permis, il est nécessaire de rentrer chez soi au moins une fois par semaine. Si vous souhaitez demander une autorisation de séjour, vous devez vous adresser à l’autorité cantonale des migrations compétente pour votre lieu de résidence.

Lire aussi  type de toit

Assurance maladie en Suisse

L’assurance de base en Suisse est obligatoire. Les prestations sont prescrites par la loi et sont les mêmes pour tous les assurés. En principe, tout ce qui est nécessaire pour les soins médicaux de base est couvert. Les frais dentaires ne sont pas inclus. Vous devez vous occuper du diplôme vous-même. L’employeur n’y est pour rien en Suisse. Les nouveaux arrivants dans le pays ont trois mois pour obtenir une assurance maladie. Toute personne qui s’inscrit dans ce délai est également assurée rétroactivement. Cependant, les cotisations doivent également être déboursées rétrospectivement. Les cotisations dépendent de l’âge, de l’assurance choisie et du lieu de résidence. Le salaire n’a pas d’importance. Une partie des frais de traitement, la soi-disant franchise, doit être couverte par vous-même. La franchise est toujours calculée pour un an. Si vous avez une franchise de 600 francs et que vous avez utilisé 1 000 francs de prestations de santé au cours d’une année, vous recevrez 400 francs de votre assurance maladie.

impôts en Suisse

En général, la Suisse est certainement tout sauf un pays à faible taux d’imposition. Cependant, il est très difficile de dire en général comment exactement le fardeau fiscal se révélera. La raison en est : chacun des 26 cantons suisses a sa propre souveraineté fiscale et cuisine sa propre soupe. Il y a donc une concurrence intense entre les cantons pour la localisation la plus attractive. Selon votre lieu de résidence et votre salaire, le taux de l’impôt sur le revenu en Suisse se situe entre 5 et 20 %. La base de calcul est le montant qui reste une fois que toutes les prestations sociales ont été déduites du salaire. L’employeur déduit du salaire brut l’assurance vieillesse et survivants, l’assurance invalidité, l’assurance salaire, l’assurance chômage, l’assurance accidents non professionnels, l’assurance indemnités journalières maladie et la caisse de pension. Ces retenues représentent au total environ 10 % du salaire brut.

Lire aussi  Le chauffage infrarouge comme alternative pour de nombreuses propriétés

Protection contre le licenciement en Suisse

Les employés allemands sont habitués à une bonne protection contre le licenciement. C’est tout sauf une évidence. Cela devient également clair très rapidement lorsque vous avez un emploi en Suisse. Presque tous les employés peuvent être licenciés ici en très peu de temps. Pendant la période d’essai, qui en Suisse dure de un à trois mois selon le contrat de travail, cette relation de travail peut être résiliée dans un délai de sept jours. Dans la première année de service après la période d’essai, le délai de préavis est d’un mois, à partir de la deuxième année de service, il est porté à deux mois. Article recommandé : Publication : 29 octobre 2021 – C35125 – Crédits photo : © stadtratte / de.depositphotos.com ;,

À Propos de l'autrice

Betty Malois
C'est à travers ce blog que je vous fait part de toutes sortes d'astuce et de conseil sur l'actualité, le tourisme et toute sorte de nouveauté française ou d'ailleurs qui me passionne .