Les points clés à connaître avant de prendre le comprimé Minidril

Les points clés à connaître avant de prendre le comprimé Minidril

Véritable produit pharmacothérapeutique, le Minidril est un contraceptif hormonal oral largement utilisé pour prévenir les grossesses non désirées. Il s’agit d’un ensemble de comprimés, dont chacun contient deux hormones féminines distinctes, le lévonorgestrel et l’éthinylestradiol. Les contraceptifs oraux qui contiennent deux hormones sont appelés contraceptifs oraux « combinés ». Si vous souhaitez en savoir plus sur le Minidril et ses dosages, poursuivez votre lecture jusqu’à la fin de cet article.

Les informations à connaître avant de prendre le Minidril

Avant de commencer le traitement par Minidril, le médecin en ligne doit vous interroger sur vos antécédents médicaux et ceux de votre famille. Le professionnel de santé mesurera votre tension artérielle et, si possible, demandera d’autres examens, en tenant compte de votre situation personnelle.

Lorsque vous passez à l’achat de Minidril sans ordonnance, il est important de lire les informations relatives aux caillots sanguins (thrombose), à savoir la description des symptômes d’un caillot sanguin. Cette notice fournit des informations sur les situations dans lesquelles le comprimé peut être interrompu ou les circonstances dans lesquelles son efficacité contraceptive peut être inhibée.

Dans ces cas, il est important d’avoir des relations sexuelles ou, à défaut, d’utiliser d’autres méthodes contraceptives non hormonales telles que le préservatif ou toute autre barrière mécanique. Les méthodes naturelles de contraception telles que la mesure de la glaire cervicale ou de la température ne doivent pas être utilisées car elles peuvent ne pas être efficaces.

Lire aussi  Top 4 des meilleurs laits anti-colique

Conditions dans lesquelles le Minidril ne doit pas être utilisé 

Il existe de nombreuses situations dans lesquelles vous ne devez pas utiliser la Minidril. Dans l’une de ces situations (énumérées ci-dessous), vous devez en informer votre médecin. Votre médecin sera en mesure de vous conseiller sur d’autres méthodes de contraception qui pourraient être plus appropriées.

  • s’il existe (ou a existé) un caillot dans un vaisseau sanguin d’un poumon, d’une jambe ou d’un autre organe ;
  • si vous avez eu un trouble affectant la coagulation du sang tel qu’un déficit en protéine C ou S, un déficit en antithrombine III, ou le développement d’anticorps anti-phospholipides ou une mutation du facteur V Leiden ;
  • si vous devez subir une opération ou si vous êtes soumis à un alitement progressif. De même, si vous avez subi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, vous ne devez pas prendre de Minidril.

Comment prendre un Minidril ?

Un comprimé de Minidril peut être pris chaque jour, si possible avec un peu d’eau. Les comprimés peuvent être pris avec ou sans nourriture, mais le plus important est de toujours les prendre à la même heure de la journée.

La boîte contient 21 comprimés. Après les avoir pris, vous devez ensuite vous abstenir de les utiliser pendant 7 jours. Pendant cette période, également appelée semaine d’interruption, vous connaîtrez des saignements de privation. Cela se produit souvent le deuxième ou le troisième jour après l’utilisation de la dernière pilule.

À partir du huitième jour après le jour d’interruption, vous commencerez la plaquette suivante, même si l’hémorragie de privation n’a pas changé. Cela signifie que vous devez inévitablement commencer la plaquette suivante le même jour de la semaine et avoir une hémorragie de privation les mêmes jours chaque mois.

Lire aussi  Isoler et rénover facilement grâce au polystyrène made in France

Cette façon d’utiliser le Minidril vous permet de vous protéger d’une grossesse même pendant les 7 jours où vous ne prenez pas les comprimés.

À Propos de l'autrice

Betty Malois
C'est à travers ce blog que je vous fait part de toutes sortes d'astuce et de conseil sur l'actualité, le tourisme et toute sorte de nouveauté française ou d'ailleurs qui me passionne .