Auto entrepreneur et salarié : les différences

Auto entrepreneur et salarié : les différences

L’auto-entrepreneur est un statut juridique qui permet de créer une entreprise individuelle sans pour autant avoir à s’inscrire au registre du commerce et des sociétés. Cela permet de démarrer son activité en toute simplicité, avec un minimum de formalités administratives et un minimum de frais. Ce statut est donc idéal pour les personnes qui souhaitent tester leur projet ou créer une activité complémentaire sans prendre de risques financiers importants.

auto entrepreneur et salarié

Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur ?

L’auto-entrepreneur est une personne qui souhaite créer son entreprise, mais qui n’en a pas le droit. Pour cela il doit s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur.

L’avantage de l’auto-entrepreneur est qu’il ne paie pas de charges sociales pendant les trois premières années d’activité et que les cotisations sociales sont calculées sur le chiffre d’affaires réalisé par l’auto-entrepreneur.

Il bénéficie également d’une franchise de TVA : il ne facture pas la taxe sur la valeur ajoutée à ses clients.

  • Il peut exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale
  • Il peut se faire connaître en France ou à l’international

Les avantages de l’auto-entrepreneuriat

L’auto-entrepreneuriat est souvent considéré comme une solution pour les personnes qui souhaitent créer leur propre entreprise.

L’auto-entrepreneuriat permet de choisir son statut et de bénéficier d’une fiscalité allégée en contrepartie d’un certain nombre de contraintes.

Il existe différents types d’auto-entrepreneurs, selon la nature des activités exercées :

  • Les artisans (plombier, maçon) qui exercent une activité artisanale
  • Les commerçants (boulangerie, pressing) qui exercent une activité commerciale
  • Les professions libérales (médecin, avocat) qui exercent une profession libérale

Les inconvénients de l’auto-entrepreneuriat

L’auto-entreprise est une solution qui permet à un individu de démarrer son activité en toute simplicité. Elle offre également la possibilité d’exercer une activité à temps partiel, afin de conserver un revenu fixe. Cependant, même si vous êtes convaincu par l’auto-entrepreneuriat, il existe certains inconvénients auxquels il faut faire face.

Les inconvénients de l’auto-entrepreneuriat ? L’auto-entrepreneuriat est souvent associé à des avantages intéressants, notamment pour les personnes qui souhaitent exercer une activité professionnelle sans devoir s’immatriculer au régime général des salariés ou travailler en tant qu’indépendant. Cependant, l’auto-entrepreneuriat peut aussi comporter certains inconvénients.

Le principal objectif de l’auto-entrepreneur est de pouvoir exercer une activité professionnelle sans devoir s’enregistrer au registre du commerce et des sociétés (RCS).

Il existe cependant plusieurs risques liés à ce statut juridique :

  • En cas d’insuffisance ou d’absence totale de chiffre d’affaires, le micro-entrepreneur encourt le risque de se retrouver en cessation d’activité
  • Lorsque vous bénéficiez du statut fiscal auto entrepreneur et que vous ne respectez pas certaines obligations fiscales et sociales (dont notamment celles relatives au versement de la taxe professionnelle ou encore la taxe sur la valeur ajoutée), vous êtes susceptible d’encourir des sanctions
Lire aussi  Comment créer un webmail gratuit avec Free

Comment devenir auto-entrepreneur ?

Si vous souhaitez créer votre entreprise, le mieux est de démarrer avec un statut qui vous permette d’expérimenter gratuitement votre idée.

L’auto-entrepreneur, par exemple, offre la possibilité de tester son activité avant de se lancer dans une création d’entreprise. Si cela ne donne pas les résultats escomptés, il sera toujours temps de changer de statut juridique.

Le choix du statut juridique pour votre auto-entreprise dépendra du type d’activité que vous souhaitez lancer et des ressources dont vous disposez.

Il existe plusieurs formes juridiques possible pour une auto-entrepreneur :

  • La micro-entreprise
  • L’EI (Entrepreneurs Individuels)
  • L’EIRL (Entrepreneurs Individuels à Responsabilité Limitée)
  • La SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle)

Quels sont les risques de l’auto-entrepreneuriat ?

L’auto-entrepreneuriat est une solution intéressante pour les personnes qui souhaitent lancer leur propre activité, sans avoir à investir dans un local ou dans du matériel. C’est également une bonne option si vous souhaitez tester une idée ou simplement gagner de l’argent. Cependant, la gestion d’une micro entreprise peut s’avérer plus difficile que prévu et nécessite donc de prendre certaines précautions.

Lorsque vous démarrez votre auto-entreprise, il faut faire en sorte de limiter au maximum les risques financiers et juridiques. Faites toujours très attention aux obligations administratives et comptables qui incombent à la gestion de votre entreprise :

  • Faites toujours votre propre comptabilité.
  • Prêtez attention aux frais liés à la création et au suivi de votre activité.

Les charges sociales des auto-entrepreneurs

Les charges sociales sont les cotisations que doit payer un auto-entrepreneur.

Il peut être intéressant de connaître le montant des charges sociales afin d’éviter toute mauvaise surprise au moment de la déclaration des revenus. Chaque année, le chiffre d’affaires réalisé par l’auto-entrepreneur est soumis au paiement de cotisations sociales obligatoires.

Le calcul du montant des charges sociales est basé sur le chiffre d’affaires encaissé par l’auto-entrepreneur pour une année donnée.

Les différents types de cotisations sociales Lorsque vous créez votre micro-entreprise en tant qu’auto-entrepreneur, vous avez le choix entre plusieurs types de cotisations :

  • La cotisation foncière des entreprises (CFE)
  • La Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)
  • La Contribution à la Formation Professionnelle (CFP)

La fiscalité des auto-entrepreneurs

Le statut d’auto-entrepreneur est très intéressant pour les personnes souhaitant lancer leur activité sans avoir à s’enregistrer au registre du commerce et des sociétés. C’est un statut qui permet de débuter une activité commerciale ou artisanale, mais aussi libérale, de façon simple et rapide.

Lire aussi  Le salarié et l'auto-entrepreneur : deux statuts juridiques différents

Il suffit d’adhérer au régime micro-social et de payer des cotisations sociales minimales. Ce statut peut être intéressant si vous souhaitez exercer une profession libérale, mais aussi si vous voulez créer votre entreprise sans avoir à s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS), ni à payer de droits d’enregistrement. Dans ce cas, il convient d’appliquer le régime fiscal de la micro-entreprise.

L’auto-entrepreneur bénéficie alors d’un régime simplifié en matière fiscale et sociale :

  • pas d’obligation de tenir une comptabilité
  • possibilité de facturer plusieurs clients différents
  • possibilité de déduire les frais professionnels liés à l’activité

Comparaison entre auto-entrepreneur et salarié

Si vous êtes salarié d’une entreprise, vous avez la possibilité de changer de statut si vous ne trouvez pas votre bonheur. En effet, le statut d’auto-entrepreneur peut s’avérer très intéressant pour les personnes qui souhaitent exercer une activité indépendante, mais qui ne souhaitent pas cotiser au chômage ou à la retraite. Aujourd’hui, il est possible de cumuler plusieurs types de contrat avec un statut unique.

Il existe trois types de contrat : Le CDD (contrat à durée déterminée) qui permet d’exercer une profession libérale pendant une période bien définie et limitée dans le temps ; Le CDI (contrat à durée indéterminée), qui permet d’exercer une profession libérale en toute liberté et sans limitation ; L’intérimaire (qui n’est autre qu’un contrat temporaire), ce type de contrat vous permet d’être amené à travailler pour plusieurs sociétés en même temps.

Les avantages du statut auto-entrepreneur ? Lorsque l’on choisit le statut auto-entrepreneur, on se donne la possibilité de créer son activité en toute simplicité et surtout assez rapidement. On peut donc se lancer assez facilement sans devoir effectuer des formalités administratives considérables. De plus, on est totalement maître du montant des charges sociales que l’on va payer chaque mois. Cela implique donc que si notre chiffre d’affaires est faible, on ne paiera pas beaucoup de charges sociales. Ce point positif nous aide à diminuer nos frais fixes parce que lorsque l’on gagne peu d’argent on doit faire attention aux différents frais

La mutuelle est-elle obligatoire pour un auto-entrepreneur ?

En conclusion, il est difficile de cumuler les deux statuts. Il est préférable de choisir celui qui convient le mieux à la situation du moment.

À Propos de l'autrice

Betty Malois
C'est à travers ce blog que je vous fait part de toutes sortes d'astuce et de conseil sur l'actualité, le tourisme et toute sorte de nouveauté française ou d'ailleurs qui me passionne .